Expired Instants


Introduction - Photos


Fanés, en lambeaux ou rescapés des affres d’une mort programmée, les portraits capturés par Edouard Janssens sont autant d’instants suspendus, volés aux souvenirs, comme les fragments ressuscités d’une fresque oubliée qui dévoilerait, pudique, un pan de son histoire. Ils sont un arrêt sur le temps, un croche-pied à la fatalité et portent en germe l’espoir d’une vie à réinventer.

Eclairés d’un regard tour à tour rêveur, énigmatique ou insistant, ces visages féminins ont la grâce désuète des portraits d’antan qui gardent les secrets d’une mémoire endormie. Ils ont parfois la profondeur inquiète des êtres qui, sortis du néant, savourent, étonnés, l’image de leur improbable naissance.

Le photographe belge Edouard Janssens se prend, une fois de plus, au jeu du défi et pose l’éternelle question de l’obsolescence, dans ces instants expirés. Une série née de la magie d’une vieille boîte Polaroid et d’un matériau déclassé, périmé, dont l’artiste prend le pari de réveiller les ardeurs. A la mort annoncée d’un film instantané dont la date de péremption tient lieu de référence, se substitue, ici, la renaissance symbolique d’une femme, née à ce moment précis. La mort… la vie…, encore.

Fruits d’une connivence fortuite, ou de coïncidences programmées, ces photos aux contours aléatoires, comme des traces imprécises déposées par l’usure, traduisent, en outre, l’urgence de vivre et la précarité d’une image féminine idéalisée, dans un monde hanté par la mort et obsédé par l’éternelle jeunesse.