Windows to the Soul


Danser la roue des vies aux infinies nuances, se perdre dans les fils irisés des rouges incandescents, ou des bleus océans, brûler d’un feu ardent écoulant ses flammes bigarrées dans l’obscurité d’un territoire inexploré. Scruter encore et passer de l’autre côté, au delà du miroir et des apparences pour écouter le silence énigmatique de l’âme.

Que nous révèlent ces sphères étranges, à la fois dévoilées et secrètes ? Que racontent ces iris humains formatés, détournés, et capturés par l’artiste ? Ils chantent les terres arides et les soleils éteints, les failles et la richesse d’un monde imaginaire. Ils disent aussi la profondeur de l’inconscient, la singularité de l’être et son universalité. Ils sont le regard intérieur et celui posé sur l’immensité de l’Univers, un retour vers l’essentiel, et une invitation à rêver l’impossible.

Dans son projet intitulé Windows to the Soul, le photographe belge Edouard Janssens nous fait entrer dans une autre dimension et réussit à la fois un pari esthétique et un défi technique. Les photos de très haute définition ont été prises en gros plan, à 33 centimètres du visage pour mieux saisir la magie de l’œil, l’extraire du réel, en gommer les reflets sans trahir le geste photographique. L’artiste n’a eu recours à aucun artifice mis à part le calibrage des iris et un recentrage, par souci de perfection.

Les œuvres de la série Windows to the Soul font sens dans leur unicité et dans la multitude des perceptions qu’elles nous renvoient comme autant de reflets de nos identités particulières et de la beauté de l’humanité qui nous relie.